AnyLogic s’attaque aux foules de la Tour Eiffel

AnyLogic s’attaque aux foules de la Tour Eiffel

Pour gérer efficacement les visiteurs du site touristique le plus populaire de Paris, la Tour Eiffel, la société d’exploitation (SETE) a utilisé le logiciel de simulation AnyLogic.

Le modèle conçu par le logiciel simule l’arrivée des touristes et leur comportement dans des espaces ouverts. Le programme estime les queues devant les ascenseurs, prenant en compte les règles de fonctionnement et la capacité des ascenseurs. Les files d’attentes et la gestion des foules étaient les plus problématiques au dernier étage de la Tour.

Tour eiffel model

AnyLogic a un outil de modélisation basé sur le comportement des agents, en d’autres termes il simule le comportement de chaque individu (dans ce cas, les visiteurs de la Tour Eiffel). Les membres du projet ont dit que la Tour Eiffel avait vu 7,7 millions de touristes en 2010. 27 000 visiteurs sont présents les jours de fort afflux de touristes. Le modèle de la Tour avec son intérieur et les flux de ses visiteurs a été créé par l’entreprise de consultation française EMSYSS. AnyLogic Europe a également pris part au projet.

Le directeur de développement de la société The AnyLogic Company Timofey Popkov a notifié que le projet avait nécessité 30 jours de travail pour être achevé. “Dans ce temps là nous avons regroupé des données pour créer un modèle de la Tour, pris des photos et vidéos pour reconstruire le 3ème et 4ème étage de la Tour” a-t-il reporté. La deuxième étape incluait la conception du modèle. Suite à de nombreuses expériences, les ingénieurs ont réalisé que de nouveaux plans ne règleraient pas le problème du management des foules, et ainsi ne seraient pas raisonnables en termes d’investissement. « Le modèle a déterminé que de nouveaux plans ne changeraient pas le problème de fluidité » a dit Timofey Popkov. « Finalement, nous avons expérimenté avec le modèle des façons d’optimiser les itinéraires existants des visiteurs ».

Études de cas similaires

Plus d’études de cas